AWKWARD – S02E01 : Resolutions

Publié le par Sullivan

« Awkward », c’était la surprise vraiment inattendue de l’été dernier. Un teen show, sur MTV, qui commence quand la fille un peu nerd du Lycée perd sa virginité avec un sportif populaire qui fait comme s’il ne la connaissait pas en public? Come on! Ça ne risque pas d’être une série d’auteure.

Sauf que voilà : c’en est une, avec une voix vraiment singulière, celle de sa créatrice Lauren Iungerich. C’était génial, cette première saison d’«Awkward», notamment par la manière dont la série navigue avec brio entre les genres en se situant perpétuellement au milieu du soap et de la sitcom. Et en s’y trouvant très bien. Jenna, habituée à être quasi-invisible, était soudainement devenue la vedette malgré elle de son Lycée quand elle s’était cassée le bras dans un accident très... awkward, que tout le monde avait pris pour une tentative de suicide. Mais la série avait résolu beaucoup de choses à la fin de la première saison, notamment en faisant choisir Jenna entre le bad boy et le gentil garçon. Saurait-elle rebondir ?

 

awkward201-001.jpg

 

Ce premier épisode de la saison 2, projetté cet après-midi à Comic Con Paris, reprend à Noël -- ce qui est un poil étrange quand la saison commence début juillet. Mais ça fait tellement longtemps que je pense que les showrunners de teen shows, qui affrontent tous avec énormément de difficulté le passage du Lycée à l’Université, devraient utiliser deux saisons pour raconter une année scolaire pour repousser ce moment que je ne vais pas reprocher à « Awkward » de le faire. Jenna n’a pas dit à sa mère qu’elle sait que c’est elle qui lui a envoyé la cruelle lettre anonyme qui avait constitué le mystère de la première saison. Narrativement, ce premier épisode n’avance de toute façon pas beaucoup, puisque l’intrigue principale voit Jenna confirmer le choix de la fin de la saison dernière. Il faut dire que quand l’épisode dure 22 minutes et trente secondes, auxquels il faut retrancher 1 minute 40 de previously et 20 secondes de bande-annonce du prochain épisode pendant le générique de fin, ça laisse rudement peu de temps pour le développement, malgré le rythme échevelé de la série.

Pour autant, on retrouve exactement ce pour quoi on a beaucoup aimé « Awkward » l’année dernière: les personnages hauts en couleur, les dialogues très incisifs et des moments de comédie vraiment très, très réussis (qui rendent très difficile l’écriture d’une critique qui ne se résumerait pas à une liste de moments drôles). Et surtout le fait que tout cela n’empêche pour autant jamais, et c’est très rare, le téléspectateur d’être en empathie complète avec les personnages, toujours aussi attachants.

Le bonbon sensible et rafraîchissant avec qui on a aimé passer tout l’été dernier est de retour. Et on est content de voir que Lauren Iungerich n’a pas changé la recette!

 

awkward201-002.jpg

 

Créatrice et productrice exécutive : Lauren Iungerich
Episode écrit et réalisé par : Lauren Iungerich
Avec : Ashley Rickards (Jenna Hamilton), Beau Mirchoff (Matty McKibben), Brett Davern (Jake Rosati)...

 

 

Sullivan

Publié dans Projections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Julie 09/07/2012 17:39

Arf ! Je suis malheureusement (ou pas en fait ;-)) pas du tout d'accord avec la deuxième partie de ce billet.

En regardant les deux premiers épisodes de cette nouvelle saison, j'ai eu un sentiment "awkward". Pour moi la recette a été changée. C'est comme s'ils avaient voulu rendre la recette deux fois
meilleures en multipliant tous les ingrédients par deux ou trois, mais le résultat... c'est que la sauce ne prend plus et qu'elle est devenue indigeste.

Les acteurs surjouent, les situations awkward ne sont plus du tout subtiles, le rythme et le montage des épisodes est devenu beaucoup plus rapide, j'ai limite du mal à suivre un épisode tellement
que ça s'enchaine vite, alors que la première saison je l'ai regardé et reregardé en une après-midi.

Bref, ce début de deuxième saison me donne la sensation que la série est devenue une caricature d'elle-même.

Déçue.