CONFERENCE — A la découverte de Labyrinth

Publié le par Carine Wittman

Comic Con Paris 2012 a été l’occasion de lever le voile sur l’adaptation en mini-série de « Labyrinth » de la romancière Kate Mosse, qui devrait être diffusée cet automne sur M6. « Labyrinth » est une ambitieuse coproduction germano-sud-américaine qui rassemble Tandem Communications, Scott Free Films (de Ridley Scott et Tony Scott) & Film Afrika Worldwide, en association avec Universal Production Partners (UPP). Le tournage s’est arrêté quelques jours à Carcassone pour filmer des extérieurs dans la vieille ville.

labyrinth010.jpgEn matière d’adaptation littéraire à la télévision, j’ai appris depuis bien longtemps qu’il valait mieux soit avoir lu le ou les livres bien en amont pour en avoir oublié une bonne partie, soit ne rien avoir lu du tout, pour ne pas être trop déçue par la mise en images. C’est donc avec très peu d’infos sur « Labyrinth » de Kate Mosse que je suis allée à l’avant-première mondiale à Comic Con Paris 2012.

Première leçon : il vaudrait mieux ne pas laisser le réalisateur choisir ce qu’il veut montrer. Sinon, vous n’êtes pas surs d’avoir le début — ce qui fut le cas ici. Cela installe le sentiment que, peut-être, on ne vous montre pas le début parce qu’il n’est pas terminé, ou bien simplement, parce que ce serait mauvais. Or si le public est dans le doute, ce n’est probablement pas dans l’intérêt de la présentation. La meilleure solution aurait sûrement été une mise en bouche avec une bande annonce de 4/5 minutes.

« Labyrinth » est l’adaptation du roman éponyme de Kate Mosse, premier volet d’une trilogie qui se conclura en septembre avec la parution de « Citadel ». On pensait découvrir les 30 premières minutes du premier épisode ; ce fut en fait les 30 dernières minutes. Résultat ? On est perdu sur les personnages, sur les situations, les actions, on ne comprend vraiment pas trop ce qu’il se passe. Et c’est très dommage. Cependant, c’est super bien réalisé, le jeu des acteurs est bon et on voit que Scott Free, Channel 4 et M6 y ont mis les moyens. Malgré donc cette décision de ne pas diffuser le début, on a tous eu assez envie de voir la suite ou plutôt de reprendre depuis le début (Dominique, Émilie et moi).

labyrinth-copie-1.jpg
Après ce visionnage, Alain Carrazé et Romain Nigita ont pu poser quelques excellentes questions à Tim Halkin (exécutif de Scott Free), Kate Mosse, l’auteur, Chris Smith, le réalisateur, Katie McGrath qui joue Oriane Congost et Elliott Munn qui interprète Guilhem. La midinette que je suis aurait aimé Sebastian Stan et la fan de « Downton Abbey » aurait adoré voir Jessica Brown Findlay sur scène avec eux. Mais on ne peut pas tout avoir !

Ils ont demandé pourquoi cette histoire plutôt qu’une autre. Pour Scott Free (Halkin), il s’agissait de trouver un bestseller dont la base de fans était suffisamment importante pour permettre l’adaptation des trois romans et de trouver un digne remplaçant aux adaptations des romans de Ken Follett (Les Piliers de la terre et Un Monde Sans fin). Pour Smith, c’était la possibilité de créer deux mondes dans deux espaces-temps différents, sujet qui le passionne et qui est souvent au centre de ses propres films.
Pour Kate Mosse, raconter le destin des Cathares tout en utilisant les ficelles de la science fiction et du fantastique la bottait énormément et lorsqu’elle s’est intéressée aux labyrinthes, elle a découvert qu’au 13è siècle, la France fut le pays qui a en construit le plus. De là à imaginer que les Cathares détenaient le Graal, il n’y a qu’un pas à prendre, ce qu’elle a fait !

Dès le début, Kate Mosse a été impliquée dans l’adaptation faite par le scénariste Adrian Hodges (« Primeval », « Survivors »). Une simple raison pour Tim Halkin : si on touche à une œuvre, on doit respecter son auteur. Adrian Hodges a travaillé en étroite collaboration avec Kate Mosse. C’était la première fois que Chris Smith n’était pas à l’écriture et en fait, cela l’a libéré puisqu’il a pu se concentrer sur la réalisation, changer quelques petites choses lorsque cela fonctionnait mieux et cela lui a permis de toujours garder l’esprit du roman.
C’est d’ailleurs Smith qu a fait venir Emun Elliott ayant déjà travaillé avec lui sur « Black Death ».

Romain et Alain sont passés ensuite à Emun et Katie et leur ont demandé s’ils n’en avaient pas assez de toujours jouer en costumes. Emun a répondu que costumes ça ne veut pas dire une seule période et que ce qui lui plaît c’est de découvrir toutes ces différentes périodes de l’Histoire. Quant à Katie, cela la change vraiment de Merlin même si dans les deux, elle joue une ‘‘méchante’’. Surtout, elle aime aussi cette période de l’histoire à l’instar de Kate Mosse. Elle a d’ailleurs raconté qu’elle avait tenté d’auditionner pour le rôle d’Alaïs (jouée par Jessica Brown Findlay) et qu’elle a été selon elle tellement mauvaise que Chris Smith ne se souvient même pas de son essai. Le même jour, elle a auditionné pour la méchante Oriane et elle a eu la confirmation qu’elle avait décroché ce rôle le jour même.
Enfin pour la petite anecdote, cela fait cinq ans que McGrath et John Hurt travaillent ensemble, et sur « Merlin » et sur « Labyrinth » et pourtant, ils ne se sont jamais rencontrés.

Tim Halkin nous a informé que le montage pour M6 serait livré courant septembre. Il est fort probable que Channel 4 diffuse cette mini-série en trois épisodes avant.

Je tiens à terminer sur une personne dont on ne parle que rarement parce que c’est souvent mauvais. La Comic Con s’est pourvue cette année d’une traductrice phénoménale. Tous les journalistes, toutes les personnes bilingues que j’ai pu croiser n’ont eu que ce mot à la bouche : Géniale ! Donc un Grand merci à Yaële Simkovitch !

Publié dans Projections

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article